You are currently viewing Tout savoir sur les 5 Sens

Tout savoir sur les 5 Sens

Le système nerveux doit recevoir et traiter des informations sur le monde extérieur afin de réagir, de communiquer et de maintenir le corps en bonne santé et en sécurité. Une grande partie de ces informations passe par les organes sensoriels : les yeux, les oreilles, le nez, la langue et la peau. Les cellules et les tissus spécialisés de ces organes reçoivent des stimuli bruts et les traduisent en signaux que le système nerveux peut utiliser. Les nerfs transmettent ces signaux au cerveau, qui les interprète comme la vue (vision), le son (audition), l’odorat (olfaction), le goût (gustation) et le toucher (perception tactile).

1) Le Touchez

Le toucher serait le premier sens que l’homme développe. Le toucher consiste en plusieurs sensations distinctes communiquées au cerveau par des neurones spécialisés dans la peau. La pression, la température, le toucher léger, les vibrations, la douleur et d’autres sensations font toutes partie du sens du toucher et sont toutes attribuées à différents récepteurs dans la peau.

Le toucher n’est pas seulement un sens utilisé pour interagir avec le monde ; il semble également être très important pour le bien-être de l’homme. Par exemple, on a constaté que le toucher transmet la compassion d’un être humain à un autre.

Le toucher peut également influencer la façon dont les humains prennent des décisions. La texture peut être associée à des concepts abstraits et le fait de toucher quelque chose avec une texture peut influencer les décisions qu’une personne prend, selon six études réalisées par des psychologues des universités de Harvard et de Yale, publiées en 2010 de la revue Science.

2) La Vue

Les yeux se trouvent dans les orbites du crâne, protégés par les os et la graisse. La partie blanche de l’œil est la sclère. Elle protège les structures intérieures et entoure un portail circulaire formé par la cornée, l’iris et la pupille. La cornée est transparente pour permettre à la lumière de pénétrer dans l’œil, et incurvée pour la diriger à travers la pupille située derrière elle. La pupille est en fait une ouverture dans le disque coloré de l’iris. L’iris se dilate ou se contracte, ce qui permet d’ajuster la quantité de lumière qui passe à travers la pupille et sur le cristallin. Le cristallin incurvé concentre alors l’image sur la rétine, la couche intérieure de l’œil. La rétine est une délicate membrane de tissu nerveux contenant des cellules photoréceptrices. Ces cellules, les bâtonnets et les cônes, traduisent la lumière en signaux nerveux. Le nerf optique transporte les signaux de l’œil au cerveau, qui les interprète pour former des images visuelles.

3) L’Audition

Ce sens fonctionne via le labyrinthe complexe qu’est l’oreille humaine. Le son est canalisé par l’oreille externe et acheminé dans le canal auditif externe. Ensuite, les ondes sonores atteignent la membrane tympanique, ou tympan de l’oreille. Il s’agit d’une fine feuille de tissu conjonctif qui vibre lorsque les ondes sonores la frappent.

Les vibrations se propagent jusqu’à l’oreille moyenne. Là, les osselets auditifs – trois petits os appelés marteau, enclume et étrier, vibrent. L’étrier, à son tour, fait entrer et sortir une structure appelée fenêtre ovale, envoyant des vibrations à l’organe de Corti, selon la Bibliothèque nationale de médecine (NLM). Cet organe en spirale est l’organe récepteur de l’audition. De minuscules cellules ciliées dans l’organe de Corti traduisent les vibrations en impulsions électriques. Ces impulsions se rendent ensuite au cerveau par l’intermédiaire des nerfs sensoriels.

Les gens conservent leur sens de l’équilibre car la trompe d’Eustache, ou trompe pharyngotympanique, située dans l’oreille moyenne, égalise la pression de l’air dans l’oreille moyenne avec la pression de l’air dans l’atmosphère. Le complexe vestibulaire, dans l’oreille interne, est également important pour l’équilibre, car il contient des récepteurs qui régulent le sens de l’équilibre. L’oreille interne est connectée au nerf vestibulocochléaire, qui transmet au cerveau les informations relatives au son et à l’équilibre.

4) Olfactif

Le sens de l’odorat est appelé olfaction. Il commence par des récepteurs nerveux spécialisés situés sur des cils poilus dans l’épithélium, au sommet de la cavité nasale. Lorsque nous reniflons ou inhalons par le nez, certains produits chimiques présents dans l’air se lient à ces récepteurs. Cela déclenche un signal qui remonte le long d’une fibre nerveuse, à travers l’épithélium et l’os du crâne au-dessus, jusqu’aux bulbes olfactifs. Les bulbes olfactifs contiennent des corps de cellules neuronales qui transmettent des informations le long des nerfs crâniens, qui sont des extensions des bulbes olfactifs. Ils envoient le signal le long des nerfs olfactifs, vers la zone olfactive du cortex cérébral.

5) Le Goût

Le sens gustatif est généralement décomposé en la perception de quatre goûts différents : salé, sucré, aigre et amer. Il peut y avoir de nombreuses autres saveurs qui n’ont pas encore été découvertes. Par ailleurs, le piquant n’est pas un goût. Il s’agit en fait d’un signal de douleur.

Selon la NLM, le sens du goût a contribué à l’évolution de l’homme, car le goût a aidé les gens à tester les aliments qu’ils mangeaient. Un goût amer ou aigre indique qu’une plante peut être toxique ou pourrie. En revanche, un goût salé ou sucré signifiait souvent que l’aliment était riche en nutriments.

Le goût est perçu par les papilles gustatives. Les adultes ont entre 2 000 et 4 000 papilles gustatives. La plupart d’entre elles se trouvent sur la langue, mais elles tapissent également l’arrière de la gorge, l’épiglotte, la cavité nasale et l’œsophage. Les cellules sensorielles des bourgeons forment des capsules en forme de boutons de fleurs ou d’oranges. Les extrémités de ces capsules ont des pores qui fonctionnent comme des entonnoirs avec de minuscules poils gustatifs. Les protéines des poils lient les produits chimiques aux cellules pour le goût.

6) Autres sens et variations

Il existe des sens plus subtils que la plupart des gens ne perçoivent jamais vraiment. Par exemple, il existe des capteurs neuronaux qui détectent les mouvements pour contrôler l’équilibre et l’inclinaison de la tête. Des récepteurs kinesthésiques spécifiques existent pour détecter l’étirement des muscles et des tendons, ce qui aide les gens à suivre leurs membres. D’autres récepteurs détectent les niveaux d’oxygène dans certaines artères du flux sanguin.

Parfois, les gens ne perçoivent même pas les sens de la même manière. Les personnes souffrant de synesthésie peuvent voir les sons sous forme de couleurs ou associer certaines vues à des odeurs, par exemple.

Laisser un commentaire