Technique de Méditation

Technique de Méditation

Lorsque nous méditons, nous injectons dans notre vie des bienfaits durables et de grande portée : Nous réduisons notre niveau de stress, nous apprenons à connaître notre douleur, nous nous connectons mieux, nous améliorons notre concentration et nous sommes plus gentils avec nous-mêmes. Lorsque nous sommes attentifs à notre respiration, nous apprenons à revenir et à rester dans le moment présent, à nous ancrer dans l’ici et le maintenant de manière délibérée, sans jugement.

La méditation peut certainement vous offrir un espace bien nécessaire dans votre vie. Parfois, c’est tout ce dont nous avons besoin pour faire de meilleurs choix pour nous-mêmes, nos familles et nos communautés. Et les outils les plus importants que vous pouvez apporter avec vous dans votre pratique de la méditation sont un peu de patience, un peu de gentillesse pour vous-même, et un endroit confortable pour s’asseoir.

Guide sur la Méditation

« Découvrez étape par étape comment méditer grâce à ce guide de 15 pages. Vous offrant 8 conseils pour maîtriser l’art de la méditation, ce guide vous permettra ainsi de retrouver un calme intérieur pour un bien-être durable et une vie épanouie. »

Actuellement :

Gratuit

1) Avantages de la Méditation

Si la relaxation n’est pas le but de la méditation, elle en est souvent le résultat. Dans les années 1970, le docteur Herbert Benson, chercheur à la faculté de médecine de l’université de Harvard, a inventé le terme « réaction de relaxation » après avoir mené des recherches sur des personnes qui pratiquaient la méditation transcendantale. La réponse de relaxation, selon les termes de Benson, est « une réponse opposée, involontaire, qui provoque une réduction de l’activité du système nerveux sympathique ».

Depuis lors, des études sur la réponse de relaxation ont documenté les bénéfices à court terme suivants pour le système nerveux :

– Diminution de la pression sanguine

– Amélioration de la circulation sanguine

– Diminution du rythme cardiaque

– Moins de transpiration

– Ralentissement du rythme respiratoire

– Moins d’anxiété

– Diminution du taux de cortisol dans le sang

– Plus de sentiments de bien-être

– Moins de stress

– Une détente plus profonde

Les chercheurs contemporains cherchent maintenant à savoir si une pratique cohérente de la méditation apporte des bénéfices à long terme, et notent des effets positifs sur les fonctions cérébrales et immunitaires des méditants. Pourtant, il est utile de répéter que le but de la méditation n’est pas d’obtenir des bénéfices. Pour reprendre les termes d’un philosophe oriental, le but de la méditation n’est pas un but. Il s’agit simplement d’être présent.

Dans la philosophie bouddhiste, le bénéfice ultime de la méditation est la libération de l’esprit de l’attachement à des choses qu’il ne peut pas contrôler, comme des circonstances extérieures ou de fortes émotions internes. Le pratiquant libéré ou « éclairé » ne suit plus inutilement ses désirs ou ne s’accroche plus à ses expériences, mais maintient au contraire un esprit calme et un sentiment d’harmonie intérieure.

2) Méditation Simple pour les Débutants

Cet exercice de méditation est une excellente introduction aux techniques de méditation.

1. Asseyez-vous ou allongez-vous confortablement. Vous pouvez même investir dans une chaise ou un coussin de méditation.

2. Fermez les yeux. Nous vous recommandons d’utiliser l’un de nos masques rafraîchissants pour les yeux ou nos coussins reconstituants pour les yeux si vous êtes allongé.

3. Ne faites aucun effort pour contrôler la respiration ; respirez simplement naturellement.

4. Concentrez votre attention sur la respiration et sur la façon dont le corps se déplace à chaque inspiration et expiration. Remarquez le mouvement de votre corps lorsque vous respirez. Observez votre poitrine, vos épaules, votre cage thoracique et votre ventre. Concentrez simplement votre attention sur votre respiration sans en contrôler le rythme ou l’intensité. Si votre esprit vagabonde, ramenez votre attention sur votre respiration.

3) Méditation Marchante

Une pratique de mouvement conscient pour faire prendre conscience de ce que nous ressentons à chaque pas.

Pour commencer, marchez à un rythme naturel. Placez vos mains là où elles sont confortables : sur le ventre, derrière le dos ou sur les côtés.

– Si vous le trouvez utile, vous pouvez compter les pas jusqu’à 10, puis recommencer à un. Si vous êtes dans un petit espace, lorsque vous atteignez dix pas, faites une pause et, avec l’intention, choisissez un moment pour vous retourner.

– À chaque pas, faites attention à la levée et à la chute de votre pied. Remarquez le mouvement de vos jambes et du reste de votre corps. Remarquez tout déplacement de votre corps d’un côté à l’autre.

– Tout ce qui attire votre attention, revenez à la sensation de la marche. Votre esprit va errer, donc sans frustration, guidez-le à nouveau autant de fois que vous en avez besoin.

– En particulier à l’extérieur, gardez une plus grande conscience de l’environnement qui vous entoure, en prenant tout en compte, en restant en sécurité et conscient.

4) Une méditation d’amour et de bonté

Explorez cette pratique pour étendre la compassion à vous-même, à ceux qui vous entourent et au monde entier.

Cette pratique de l’amour bienveillant consiste à répéter silencieusement des phrases qui offrent de bonnes qualités à soi-même et aux autres.

1. Vous pouvez commencer par vous réjouir de votre propre bonté – en vous rappelant des choses que vous avez faites par bonté de cœur, et en vous réjouissant de ces souvenirs pour célébrer le potentiel de bonté que nous partageons tous.

2. Récitez en silence des phrases qui reflètent de manière durable ce que nous nous souhaitons le plus profondément. Les phrases traditionnelles sont :

– Puis-je vivre en sécurité.

– Que je sois heureux mentalement (paix, joie).

– Que je sois heureux physiquement (santé, absence de douleur).

– Puissé-je vivre avec aisance.

3. Répétez les phrases avec suffisamment d’espace et de silence entre elles pour qu’elles tombent dans un rythme qui vous plaise. Attirez votre attention sur une phrase à la fois.

4. Chaque fois que vous remarquez que votre attention s’est égarée, soyez gentil avec vous-même et lâchez la distraction. Revenez à la répétition des phrases sans vous juger ou vous déprécier.

5. Après un certain temps, visualisez-vous au centre d’un cercle composé de ceux qui ont été gentils avec vous, ou qui vous ont inspiré par leur amour. Peut-être les avez-vous rencontrés, ou avez-vous lu à leur sujet ; peut-être vivent-ils maintenant, ou ont-ils existé historiquement ou même mythiquement. C’est cela, le cercle. En vous visualisant au centre de celui-ci, faites l’expérience que vous êtes le destinataire de leur amour et de leur attention. Continuez à répéter doucement les phrases d’amour bienveillant pour vous-même.

6. Pour clore la séance, lâchez la visualisation et continuez simplement à répéter les phrases pendant quelques minutes encore. Chaque fois que vous le faites, vous transformez votre ancienne relation blessante avec vous-même, et vous allez de l’avant, soutenu par la force de l’amour bienveillant.

5) Méditation de Concentration

La méditation de concentration consiste à se concentrer sur un seul point. Cela peut impliquer de suivre la respiration, de répéter un seul mot ou mantra, de fixer la flamme d’une bougie, d’écouter un gong répétitif ou de compter les perles sur un mala. Comme la concentration de l’esprit est un défi, un débutant peut méditer pendant quelques minutes seulement, puis travailler sur des durées plus longues.

Dans cette forme de méditation, il suffit de recentrer sa conscience sur l’objet d’attention choisi chaque fois que l’on remarque que son esprit vagabonde. Plutôt que de poursuivre des pensées aléatoires, vous les laissez simplement s’échapper. Grâce à ce processus, votre capacité de concentration s’améliore.

6) Méditation par scanner corporel

Une brève pratique de la conscience corporelle pour s’accorder aux sensations, de la tête aux pieds.

Commencez à concentrer votre attention sur les différentes parties de votre corps. Vous pouvez mettre l’accent sur une zone particulière ou suivre une séquence comme celle-ci : les orteils, les pieds (semelle, talon, haut du pied), les jambes, le bassin, l’abdomen, le bas du dos, le haut du dos, la poitrine, les épaules, les bras jusqu’aux doigts, les épaules, le cou, différentes parties du visage et la tête. Pour chacune des parties du corps, prenez le temps de vous attarder quelques instants et remarquez les différentes sensations au fur et à mesure que vous vous concentrez.

Au moment où vous remarquez que votre esprit s’est égaré, portez votre attention sur la partie du corps dont vous vous souvenez le plus.

Si vous vous endormez pendant cette pratique de balayage du corps, ce n’est pas grave. Lorsque vous vous rendez compte que vous vous êtes assoupie, prenez une grande respiration pour vous aider à vous réveiller et peut-être à repositionner votre corps (ce qui l’aidera également à se réveiller). Lorsque vous êtes prêt, portez votre attention sur la partie du corps sur laquelle vous vous souvenez de vous être concentré pour la dernière fois.

7) Méditation de la pleine conscience

La méditation de la pleine conscience est le processus qui consiste à être pleinement présent avec vos pensées. Etre conscient signifie être conscient de l’endroit où nous sommes et de ce que nous faisons, et ne pas être trop réactif à ce qui se passe autour de nous.

La méditation consciente peut être pratiquée n’importe où. Certaines personnes préfèrent s’asseoir dans un endroit calme, fermer les yeux et se concentrer sur leur respiration. Mais vous pouvez choisir d’être attentif à n’importe quel moment de la journée, y compris lorsque vous vous rendez au travail ou que vous faites des tâches ménagères.

Lorsque vous pratiquez la méditation de la pleine conscience, vous observez vos pensées et vos émotions, mais vous les laissez passer sans les juger.

8) Méditation de yoga

La pratique du yoga remonte à l’Inde ancienne. Il existe une grande variété de cours et de styles de yoga, mais ils impliquent tous une série de postures et d’exercices de respiration contrôlée destinés à promouvoir la souplesse et à calmer l’esprit.

Les postures exigent équilibre et concentration et les pratiquants sont encouragés à se concentrer moins sur les distractions et à rester plus dans le moment présent.

Le style de méditation que vous décidez d’essayer dépend d’un certain nombre de facteurs. Si vous avez un problème de santé et que vous ne connaissez pas le yoga, demandez à votre médecin quel style vous convient le mieux.

9) Les Techniques de Médiation Bouddhiste

1. Méditation zen (Zazen)

Origine et signification

Zazen (坐禅) signifie « zen assis », ou « méditation assise », en japonais. Il trouve ses racines dans la tradition chinoise du bouddhisme zen (Ch’an), qui remonte au moine indien Bodhidharma (VIe siècle de notre ère). En Occident, ses formes les plus populaires proviennent de Dogen Zenji (1200~1253), le fondateur du mouvement Zen Soto au Japon. Des modalités similaires sont pratiquées dans l’école zen Rinzai, au Japon et en Corée.

Comment faire

Il se pratique généralement assis par terre sur un tapis et un coussin, les jambes croisées. Traditionnellement, elle se faisait dans la position dite du lotus ou du demi-lotus, mais cela n’est guère nécessaire.

Quant à l’aspect mental, il est généralement pratiqué de deux façons :

– Concentration sur la respiration – concentrez toute votre attention sur le mouvement de la respiration qui entre et sort par le nez. Vous pouvez y parvenir en comptant le souffle dans votre esprit. Chaque fois que vous inspirez, vous comptez un chiffre, en commençant par 10, puis en revenant à 9, 8, 7, etc. Lorsque vous arrivez en 1, vous reprenez à partir de 10. Si vous êtes distrait et que vous perdez le compte, ramenez doucement votre attention sur 10 et reprenez à partir de là.

– Shikantaza (« juste assis ») – sous cette forme, le praticien n’utilise aucun objet de méditation spécifique ; au contraire, les praticiens restent autant que possible dans le moment présent, conscients et observant ce qui passe dans leur esprit et autour d’eux, sans s’attarder sur quoi que ce soit en particulier. C’est une sorte de méditation de présence sans effort

2. Méditation Vipassana

La méditation Vipassana est une ancienne forme de méditation indienne qui consiste à voir les choses telles qu’elles sont réellement. Elle a été enseignée en Inde il y a plus de 2 500 ans. Le mouvement de méditation de la pleine conscience aux États-Unis a ses racines dans cette tradition.

L’objectif de la méditation vipassana est la transformation de soi par l’observation de soi. Ceci est accompli par une attention disciplinée aux sensations physiques dans le corps, afin d’établir une connexion profonde entre l’esprit et le corps. L’interconnexion continue a pour résultat un esprit équilibré, plein d’amour et de compassion, affirment les enseignants de la pratique.

Vipassana, dans cette tradition, est généralement enseigné pendant un cours de 10 jours, et les étudiants sont censés suivre un ensemble de règles pendant toute la durée du cours, notamment s’abstenir de toute substance intoxicante, mentir, voler, avoir une activité sexuelle et tuer toute espèce

3. Techniques de Méditation Hindues (védique et yogique Mantra)

Méditation de mantra (OM Méditation)

Origine et signification

Un mantra est une syllabe ou un mot, généralement sans signification particulière, qui est répété dans le but de focaliser votre esprit. Il ne s’agit pas d’une affirmation utilisée pour se convaincre de quelque chose.

Certains professeurs de méditation insistent sur le fait que le choix du mot et sa prononciation correcte sont très importants, en raison de la « vibration » associée au son et à la signification, et que pour cette raison, une initiation à celui-ci est essentielle. D’autres disent que le mantra lui-même n’est qu’un outil pour focaliser l’esprit, et que le mot choisi n’a aucune importance.

Les mantras sont utilisés dans les traditions hindoues, les traditions bouddhistes (en particulier le bouddhisme tibétain et le bouddhisme de la « Terre pure »), ainsi que dans le jaïnisme, le sikhisme et le taoïsme (taoïsme). Certaines personnes appellent la méditation de mantras « om meditation », mais ce n’est qu’un des mantras qui peuvent être utilisés. Une pratique des mantras plus orientée vers la dévotion est appelée japa, et consiste à répéter les sons sacrés (nom de Dieu) avec amour.

Comment le faire

Comme la plupart des types de méditations, il se pratique généralement assis avec la colonne vertébrale en position droite et les yeux fermés. Le praticien répète ensuite le mantra dans son esprit, en silence, encore et encore pendant toute la séance.

Parfois, cette pratique est associée à une prise de conscience de la respiration ou à une coordination avec celle-ci. Dans d’autres exercices, le mantra est en fait chuchoté très légèrement et doucement, comme aide à la concentration.

Lorsque vous répétez le mantra, il crée une vibration mentale qui permet à l’esprit de faire l’expérience de niveaux de conscience plus profonds. Pendant que vous méditez, le mantra devient de plus en plus abstrait et indistinct, jusqu’à ce que vous soyez finalement conduit dans le champ de la conscience pure d’où la vibration est née.

La répétition du mantra vous aide à vous déconnecter des pensées qui remplissent votre esprit, de sorte que vous pouvez peut-être vous glisser dans l’espace entre les pensées. Le mantra est un outil pour soutenir votre pratique de la méditation. Les mantras peuvent être considérés comme d’anciens mots de pouvoir avec des intentions subtiles qui nous aident à nous connecter à l’esprit, la source de tout dans l’univers. (Deepak Chopra)

OM est un exemple bien connu de mantra. Mais il en existe des milliers d’autres. Voici quelques-uns des mantras les plus connus des traditions hindoue et bouddhiste :

– om

– so-ham

– om namah shivaya

– om mani padme hum

– rama

– yam

– jambon

Vous pouvez vous entraîner pendant une certaine période ou pour un nombre déterminé de « répétitions » – traditionnellement 108 ou 1008. Dans ce dernier cas, des perles sont généralement utilisées pour compter.

Au fur et à mesure que la pratique s’approfondit, vous pouvez constater que le mantra continue « par lui-même » comme le bourdonnement de l’esprit. Ou bien le mantra peut même disparaître et vous laisser dans un état de paix intérieure profonde.

Il existe de nombreuses méthodes de méditation de mantra. Je les explique en détail, ainsi que les raisons pour lesquelles les mantras sont puissants, dans mon article sur la méditation par mantra.

4. Méditation transcendantale (TM)

Origine et signification

La Méditation Transcendantale est une forme spécifique de Méditation Mantra introduite par Maharishi Mahesh Yogi en 1955 en Inde et en Occident. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, le Maharishi a atteint la célébrité en tant que gourou des Beatles, des Beach Boys et d’autres célébrités.

C’est une forme de méditation largement pratiquée, avec plus de 5 millions de pratiquants dans le monde entier, et de nombreuses recherches scientifiques, dont beaucoup sont parrainées par l’organisation, démontrent les bienfaits de cette pratique. Il existe plus de 600 articles scientifiques, dont beaucoup ont été évalués par des pairs, et j’ai utilisé une partie de leurs recherches pour composer ma page sur les bienfaits de la méditation. Cependant, il y a aussi des critiques du Maharishi et de son organisation, et certaines accusations de comportement culte et de pratiques de recherche douteuses.

Comment faire

La méditation transcendantale n’est pas enseignée librement. La seule façon de l’apprendre est de payer pour apprendre auprès d’un de leurs instructeurs agréés. Le soutien apporté semble cependant être bon.

En général, cependant, on sait que la MT implique l’utilisation d’un mantra et se pratique pendant 15-20 minutes deux fois par jour en étant assis les yeux fermés. Le mantra n’est pas unique, et est donné au praticien en fonction de son sexe et de son âge. Ce ne sont pas non plus des « sons sans signification », mais plutôt des noms tantriques de divinités hindoues. Cela n’est probablement pas pertinent pour la plupart des gens.

5. Méditations yogiques chakras

Origine et signification

Il n’y a pas un seul type de méditation qui soit la « méditation yogique », c’est pourquoi on entend ici les différents types de méditation enseignés dans la tradition du yoga. Yoga signifie « union ». La tradition remonte à 1700 avant J.-C. et a pour but ultime la purification spirituelle et la connaissance de soi. Le yoga classique divise la pratique en règles de conduite (yamas et niyamas), en postures physiques (asanas), en exercices de respiration (pranayama) et en pratiques contemplatives de méditation (pratyahara, dharana, dhyana, samadhi).

La tradition du yoga est la plus ancienne tradition de méditation sur terre, et aussi celle qui présente la plus grande variété de pratiques.

Comment faire

Voici quelques types de méditations pratiquées en yoga. La plus courante et la plus universelle des méditations de yoga est la « méditation du troisième œil ». D’autres, plus populaires, consistent à se concentrer sur un chakra, à répéter un mantra, à visualiser la lumière ou à regarder les méditations.

– Méditation du troisième œil – concentrer l’attention sur le « point entre les sourcils » (appelé par certains « troisième œil » ou « chakra ajna »). L’attention est constamment redirigée vers ce point, comme un moyen de faire taire l’esprit. Avec le temps, les « espaces silencieux » entre les pensées deviennent plus larges et plus profonds. Parfois, cela s’accompagne d’un « regard » physique, les yeux fermés, vers cet endroit.

– Méditation des chakras – le praticien se concentre sur l’un des sept chakras du corps (« centres d’énergie »), en faisant généralement quelques visualisations et en chantant un mantra spécifique pour chaque chakra (lam, vam, ram, yam, ham, om). Le plus souvent, il est fait sur le chackra du cœur, du troisième œil et du chackra de la couronne.

– Méditation du regard (Trataka) – fixer le regard sur un objet extérieur, généralement une bougie, une image ou un symbole (yantras). Elle se fait les yeux ouverts, puis les yeux fermés, pour entraîner à la fois les pouvoirs de concentration et de visualisation de l’esprit. Après avoir fermé les yeux, vous devez toujours garder l’image de l’objet dans « l’œil de votre esprit ». Cette méditation est si importante et si puissante, que j’ai écrit ce billet sur le sujet.

– La méditation Kundalini – c’est un système de pratique très complexe. Le but est l’éveil de « l’énergie de la kundalini » qui sommeille à la base de la colonne vertébrale, le développement de plusieurs centres psychiques dans le corps et, enfin, l’illumination. Cette pratique comporte plusieurs dangers et ne doit pas être tentée sans la guidance d’un yogi qualifié.

– Kriya Yoga – est un ensemble d’exercices d’énergisation, de respiration et de méditation enseignés par Paramahamsa Yogananda. Il est plus adapté à ceux qui ont un tempérament dévotionnel et qui recherchent les aspects spirituels de la méditation. Pour l’apprendre, vous pouvez demander à recevoir gratuitement les leçons de réalisation de soi.

– Méditation sonore (Nada Yoga) – axée sur le son. Commence par une méditation sur les « sons extérieurs », comme la musique d’ambiance apaisante (comme la musique de flûte amérindienne), par laquelle l’élève concentre toute son attention sur la simple écoute, pour l’aider à se calmer et à rassembler son esprit. Avec le temps, la pratique évolue vers l’écoute des « sons internes » du corps et de l’esprit. Le but ultime est d’entendre le « son ultime » (para nada), qui est un son sans vibration, et qui se manifeste sous forme de « OM ».

– Pranayama – régulation de la respiration. Ce n’est pas exactement de la méditation, mais une excellente pratique pour calmer l’esprit et le préparer à la méditation. Il existe plusieurs types de Pranayama, mais le plus simple et le plus couramment enseigné est le 4-4-4-4. Cela signifie qu’il faut inspirer en comptant jusqu’à 4, maintenir pendant 4 secondes, expirer pendant 4 secondes et se tenir à vide pendant 4 secondes. Respirez par le nez, et laissez l’abdomen (et non la poitrine) être celui qui bouge. Faites quelques cycles comme celui-ci. Cette régulation de la respiration équilibre les humeurs et apaise le corps, et peut se faire n’importe où.

Le yoga est une tradition très riche, avec des lignées différentes, il existe donc de nombreuses autres techniques. Mais celles qui précèdent sont les plus connues ; les autres sont plus spécifiques ou complexes.

Pour commencer, cette vidéo est une excellente ressource sur la façon de faire de la méditation de style yoga, et elle combine la respiration, la conscience du corps, le mantra et la méditation des chakras.

6. Les Techniques de Méditations Chinoises

Méditations taoïstes

Origine et signification

Le taoïsme est une philosophie et une religion chinoise, qui remonte à Lao Tseu (ou Laozi). Il met l’accent sur la vie en harmonie avec la nature, ou Tao, et son texte principal est le Tao Te Ching, qui remonte au 6e siècle avant J.-C. Plus tard, certaines lignées du taoïsme ont également été influencées par des pratiques de méditation bouddhistes amenées d’Inde, en particulier au 8e siècle avant J.-C.

La principale caractéristique de ce type de méditation est la génération, la transformation et la circulation de l’énergie intérieure. L’objectif est de calmer le corps et l’esprit, d’unifier le corps et l’esprit, de trouver la paix intérieure et de s’harmoniser avec le Tao. Certains styles de méditation taoïste sont spécifiquement axés sur l’amélioration de la santé et la longévité.

Comment faire

Il existe plusieurs types de méditation taoïste, et ils sont parfois classés en trois catégories : « perspicacité », « concentration » et « visualisation ». En voici un bref aperçu :

– Méditation du vide (Zuowang) – s’asseoir tranquillement et se vider de toutes les images mentales (pensées, sentiments, etc.), « oublier tout », afin de faire l’expérience du calme et du vide intérieurs. Dans cet état, la force vitale et l' »esprit » sont recueillis et reconstitués. Cette méthode est similaire à la discipline de Confucius qui consiste à « jeûner cœur-esprit », et elle est considérée comme « la voie naturelle ». On laisse simplement toutes les pensées et les sensations naître et disparaître d’elles-mêmes, sans s’engager avec ou « suivre » aucune d’entre elles. Si cela s’avère trop difficile et « inintéressant », l’élève est initié à d’autres types de méditation, comme la visualisation et le Qigong

– Visualisation (Cunxiang) – une pratique ésotérique consistant à visualiser différents aspects du cosmos en relation avec son propre corps et son propre moi.

– Méditation respiratoire (Zhuanqi) – pour se concentrer sur la respiration, ou « unir l’esprit et le qi ». L’instruction est de « concentrer sa respiration vitale jusqu’à ce qu’elle soit suprêmement douce ». Parfois, cela se fait simplement en observant tranquillement la respiration (semblable à la méditation de la pleine conscience dans le bouddhisme) ; dans d’autres traditions, c’est en suivant certains schémas d’expiration et d’inhalation, de sorte que l’on devient directement conscient des « dynamismes du ciel et de la terre » par la respiration ascendante et descendante (un type de Qigong, semblable au Pranayama dans le yoga).

– Vision intérieure (Neiguan) – visualiser l’intérieur de son corps et de son esprit, y compris les organes, les « déités intérieures », les mouvements du qi (force vitale) et les processus de pensée. C’est un processus qui consiste à se familiariser avec la sagesse de la nature dans son corps. Il existe des instructions particulières pour suivre cette pratique, et un bon livre ou un enseignant est nécessaire.

– Alchimie interne (Neidan) – une pratique complexe et ésotérique de transformation de soi utilisant la visualisation, les exercices de respiration, le mouvement et la concentration. Certains exercices de Qigong sont des formes simplifiées de pratiques d’alchimie interne.

La plupart de ces méditations se font assis les jambes croisées sur le sol, la colonne vertébrale étant en position droite. Les yeux sont maintenus à demi fermés et fixés sur la pointe du nez.

Maître Liu Sichuan souligne que, bien que ce ne soit pas facile, l’idéal est de pratiquer en « joignant le souffle et l’esprit ensemble » ; pour ceux qui trouvent cela trop difficile, il recommande de se concentrer sur le bas-ventre (dantian).

7. La Méditation Chrétienne

Dans les traditions orientales (hindouisme, bouddhisme, jaïnisme, taoïsme), la méditation est généralement pratiquée dans le but de transcender l’esprit et d’atteindre l’illumination. En revanche, dans la tradition chrétienne, le but des pratiques contemplatives est, on peut dire, la purification morale et une compréhension plus profonde de la Bible ; ou une intimité plus étroite avec Dieu/Christ, pour le courant plus mystique de la tradition.

Voici quelques formes de pratiques contemplatives chrétiennes :

– la prière contemplative – qui implique généralement la répétition silencieuse de mots ou de phrases sacrés, avec concentration et dévotion

– la lecture contemplative – ou simplement la « contemplation », qui implique une réflexion approfondie sur les enseignements et les événements de la Bible.

– « s’asseoir avec Dieu » – une méditation silencieuse, généralement précédée par la contemplation ou la lecture, dans laquelle nous concentrons tout notre esprit, notre cœur et notre âme sur la présence de Dieu

Laisser un commentaire