Pourquoi la dépendance au sucre est-elle un problème ?

Pourquoi la dépendance au sucre est-elle un problème ?

Des petits gâteaux aux tartes en passant par les boissons glacées au café, le sucre est présent dans de nombreux aliments et il est presque impossible de l’éviter. La dépendance émotionnelle ou psychologique aux aliments et boissons sucrés, également connue sous le nom de dépendance au sucre, est une réelle source d’inquiétude pour les responsables de la santé. Les aliments transformés et les céréales raffinées créent du sucre supplémentaire dans le corps une fois que celui-ci a métabolisé les aliments. Le sucre consommé avec modération n’est pas nocif ; cependant, beaucoup en font trop.

Au cours de la dernière génération, nous avons vu la quantité de sucre que nous consommons augmenter de manière exponentielle. Jusqu’à récemment, nous consommions du sucre que l’on trouve principalement à l’état naturel dans les aliments. Il était utilisé comme une friandise ou en petites quantités et n’était jamais un problème. Mais aujourd’hui, plus d’un tiers des calories que nous consommons proviennent du sucre ou de la farine blanche, qui est très raffinée et agit comme le sucre dans notre organisme. Notre corps ne peut pas faire face à une charge aussi énorme. Le sucre vous donne un premier high, puis vous vous écrasez, puis vous avez plus envie, donc vous consommez plus de sucre. C’est cette série de hauts et de bas qui provoquent un stress inutile sur vos glandes surrénales. Vous devenez anxieux, de mauvaise humeur (le sucre est une drogue qui modifie l’humeur) et vous finissez par vous sentir épuisé.

1) Comment les gens développent-ils une dépendance au sucre ?

La consommation de sucre peut créer un état d’euphorie à court terme et une étincelle d’énergie dans le corps. Certaines études ont suggéré que le sucre est aussi addictif que la cocaïne. Les gens apprécient souvent la libération de dopamine qu’apporte le sucre. Cependant, en raison de la nature addictive du sucre, les effets à long terme sur la santé comme l’obésité et le diabète sont un risque de surconsommation de sucre. Tout comme d’autres compulsions ou dépendances comportementales, la dépendance au sucre est un risque particulier pour les personnes de mauvaise humeur, anxieuses et stressées.

En outre, les personnes qui souffrent de fatigue constante peuvent avoir recours à des aliments sucrés riches en glucides pour se donner un coup de fouet. Le sucre libère des endorphines dans l’organisme et se combine avec d’autres substances chimiques dans le corps, ce qui entraîne une poussée d’énergie. Une fois qu’une personne a établi un lien mental entre le sucre et l’aide à la fourniture d’énergie, elle peut en devenir dépendante, généralement par inadvertance. Les gens peuvent commencer à avoir envie de sucre pour équilibrer leur irritabilité, leurs dépressions émotionnelles et d’autres problèmes. Finalement, il y a peu de contrôle sur le fait d’éviter les aliments sucrés, et une dépendance au sucre s’est développée.

Le sucre est également associé à de nombreux problèmes chroniques, notamment une diminution de l’immunité, certaines infections chroniques, des maladies auto-immunes, des maladies cardiaques, le diabète, des syndromes de douleur, le syndrome du côlon irritable, le TDA, la fatigue chronique et le candida.

2) Pourquoi la dépendance au sucre est si forte

Certaines personnes font remarquer que le sucre est naturel et ne peut donc pas être si mauvais. Et si cette affirmation peut être vraie pour certains aliments, comme les fruits, où le sucre est présent naturellement et s’accompagne de nombreuses vitamines et nutriments utiles, la plupart du sucre que nous consommons est hautement raffiné et se retrouve dans presque tous les aliments transformés et préemballés que vous trouverez à l’épicerie.

Le fait est qu’il n’y a aucun besoin alimentaire en sucre. Vous devez manger des protéines. Vous devez manger des hydrates de carbone. Vous devez manger des graisses. Vous n’avez pas besoin de manger de sucre du tout.

Notre approvisionnement alimentaire est interrompu et il y a beaucoup trop de sucre caché dans la plupart des aliments que nous mangeons chaque jour. Cette consommation excessive de sucre est directement ou indirectement responsable de notre épidémie d’obésité, des problèmes de développement chez les enfants, et même de nombreux problèmes psychologiques et comportementaux, que nous avons tendance à traiter avec des médicaments sur ordonnance !

Plus effrayant encore est la dépendance que le sucre crée rapidement pour encore plus de sucre ! Vous ne deviendrez pas obèse du jour au lendemain, ni ne développerez de maladies cardiaques, ni ne perdrez de la densité osseuse, mais la dépendance au sucre produira peu à peu ce genre d’effets néfastes. Un biscuit par-ci, une boisson sucrée par-là…

Avant que vous ne vous en rendiez compte, la dépendance au sucre s’est installée et ces envies de sucreries sont présentes dans votre vie de tous les jours.

Une étude française, présentée lors de la réunion annuelle 2007 de la Society for Neuroscience, a montré que lorsque les rats (qui métabolisent le sucre comme nous) avaient le choix entre l’eau sucrée à la saccharine et la cocaïne par voie intraveineuse, 94 % d’entre eux choisissaient l’eau sucrée à la saccharine. Lorsque l’eau était sucrée avec du saccharose (sucre), la même préférence a été observée – les rats ont choisi en très grande majorité l’eau sucrée. Lorsque les rats se voyaient offrir des doses plus importantes de cocaïne, cela ne modifiait pas leur préférence pour l’eau sucrée. Même les rats accros à la cocaïne passaient à l’eau sucrée lorsqu’on leur en donnait le choix. En d’autres termes, une sucrosité intense était plus gratifiante pour le cerveau que la cocaïne.

En fin de compte, le sucre agit sur les voies de la dépendance et de la récompense dans le cerveau, comme c’est le cas pour de nombreuses drogues illicites. Et, comme d’autres drogues, il peut détruire votre santé et entraîner toutes sortes de maladies, notamment des maladies cardiaques, du diabète, de l’hypertension, un taux de cholestérol élevé, une prise de poids et un vieillissement prématuré. Le sucre est essentiellement une drogue récréative, légale et socialement acceptable, aux conséquences mortelles, et comme pour toute dépendance à la drogue, il faut avoir un plan souple mais structuré pour la combattre.

3) Signes d’une dépendance au sucre

Contrairement à de nombreux autres troubles liés à la consommation de substances ou à des compulsions comportementales, la dépendance au sucre est souvent facile à déceler. Les signes les plus évidents de la dépendance au sucre sont la consommation de grandes quantités de nourriture ou de boissons chargées de sucre. L’individu peut manger constamment, manger pour combattre l’ennui, devenir hyperactif et s’effondrer. Elle peut même parler d’une envie de sucre après des expériences de vie stressantes ou irritantes.

4) Dépendance au sucre et alimentation émotionnelle

Les personnes qui vivent des ruptures ou d’autres situations émotionnellement stressantes se tournent souvent vers le chocolat ou des pintes de glace pour se réconforter pendant la période difficile. Toutefois, celles qui se tournent vers le sucre pour faire face à des problèmes émotionnels risquent davantage de devenir dépendantes. La prise de poids et la difficulté à se concentrer sur les responsabilités quotidiennes sont d’autres indications d’une dépendance au sucre pour se soulager émotionnellement. Cela peut à son tour nuire à l’estime de soi, provoquer des sentiments d’impuissance et une baisse de l’estime de soi, ce qui entraîne à son tour une consommation de sucre plus importante et une dépendance plus grave.

5) Dépendance au sucre et anxiété

L’anxiété entraîne la libération dans l’organisme de l’hormone du stress, le cortisol, et pour certains, cela signifie ne pas avoir faim. Pour d’autres, le stress peut inciter les personnes qui aiment déjà le sucre à avoir plus d’envies. Dans les cas de dépendance au sucre associée à une alimentation destinée à apaiser l’anxiété, le résultat final est généralement une prise de poids. Bien que le sucre stimule initialement le niveau de sérotonine dans le cerveau, il peut aggraver l’anxiété car les baisses de sucre créent des sentiments de fatigue et de dépression.

6) L’ADN et la Dépendance au sucre

Il existe un lien génétique surprenant entre les enfants de parents qui abusent de l’alcool et leur dépendance au sucre. Une étude récente a confirmé que les récepteurs de la dopamine dans le cerveau s’allument lorsque nous consommons du sucre, de la même manière que les récepteurs s’allument dans le cerveau d’une personne qui abuse de l’alcool. Cela peut encourager les personnes qui luttent contre les sucreries à devenir alcooliques ou à modérer leur consommation d’alcool.

Les personnes dépendantes de l’alcool ont une préférence plus marquée pour les sucreries et connaissent des envies de sucre et des retraits de sucre. Les gènes des parents qui abusent de l’alcool, ainsi que leur préférence pour le sucre, sont transmis à leurs enfants. En conséquence, l’enfant a maintenant une prédisposition à ces deux compulsions.

7) Pire encore…

L’industrie alimentaire, qui pèse plusieurs milliards de dollars, a une raison impérieuse de vouloir que notre dépendance au sucre reste forte – ses ventes en dépendent. C’est pourquoi elle introduit en douce du sucre dans nos aliments, en les étiquetant comme « pauvres en graisses » ou « sans arômes artificiels ». Ces déclarations sont peut-être vraies, mais elles ne font que masquer les produits contenant du sucre par une fausse allégation selon laquelle ils sont en quelque sorte sains.

Par exemple, de nombreux yaourts (souvent commercialisés comme en-cas sain) contiennent jusqu’à 30 grammes de sucre par portion. C’est vrai, le yaourt que vous mangez, et que vous donnez à votre famille, peut contenir plus de sucre qu’une barre de chocolat !

On peut en dire autant des céréales pour le petit-déjeuner, des barres granola, des jus de fruits et de nombreux autres aliments relativement « sains » que nous consommons régulièrement.

Plus votre nourriture contient de sucre, plus la dopamine est libérée, et plus vous ressentez un « high » important. Mais…

Tout comme la cocaïne et d’autres drogues qui créent une dépendance, votre cerveau a besoin, avec le temps, de plus de sucre pour produire le même « high ». Vos récepteurs de dopamine deviennent moins sensibles à la présence de sucre, et votre dépendance au sucre se renforce.

Certaines personnes subissent même des changements physiologiques dans le cerveau lorsqu’elles mangent des aliments sucrés ou très raffinés. Leur cerveau change et la dépendance au sucre devient plus forte.

8) Retrait du sucre

 Beaucoup de ceux qui éliminent le sucre de leur alimentation se retrouvent avec des symptômes de sevrage tels que l’irritabilité, le brouillard, la mauvaise humeur et le manque d’énergie. Comme beaucoup de personnes aux prises avec une dépendance au sucre se sont nourries d’aliments sucrés, le sevrage et les fringales peuvent être intenses. Tragiquement, beaucoup choisissent de revenir à la consommation d’aliments sucrés pour la libération de substances chimiques dans le cerveau.  Une bien meilleure alternative est de faire un échange alimentaire, par lequel l’utilisateur de sucre échange des sucreries malsaines contre des options naturelles et saines pour reprendre le contrôle.

1. Il y a de l’espoir pour vous

Le changement commence par la prise de conscience qu’il existe un problème de dépendance au sucre. Ensuite, modifier son régime alimentaire, ainsi que la maîtrise de soi, peut aider, mais l’idéal n’est pas d’y aller à froid. Une personne souffrant d’une dépendance au sucre, surtout si elle souffre d’un autre trouble lié à l’abus de substances ou d’un problème de santé mentale concomitant, aura probablement du mal à se débarrasser de ses envies de sucre. Si vous ou quelqu’un de votre entourage avez une dépendance au sucre, en particulier si des facteurs de complication sont présents, veuillez contacter un prestataire de traitement spécialisé dès aujourd’hui pour en savoir plus sur les options qui s’offrent à vous.

9) Vaincre la dépendance au sucre en 7 étapes éprouvées

Il a été prouvé que ces 7 étapes aident à briser même les plus fortes dépendances au sucre :

1. Retirez de votre maison tout le sucre et les aliments transformés.

Vous pouvez parier que vous serez tenté de manger du sucre pendant que vous vous efforcez de vous défaire de votre dépendance. C’est ce qui va se passer.

Vous pouvez augmenter considérablement votre capacité à résister à la tentation en retirant de votre maison TOUS les aliments qui contiennent du sucre ainsi que ceux qui sont transformés (n’oubliez pas que les aliments hautement transformés sont rapidement transformés en sucre une fois que vous les avez mangés !)

Cherchez dans votre cuisine, vos armoires et votre garde-manger toutes les boissons sucrées, les céréales, les barres de céréales, les yaourts, les produits de boulangerie, les pains et tout ce qui contient du sucre.

Jetez tout cela et engagez-vous à NE PAS rapporter ces aliments chez vous avant d’être certain que votre dépendance a été définitivement vaincue.

2. Prenez un petit-déjeuner équilibré en macronutriments.

– Prenez un petit déjeuner composé de protéines, de graisses et de phytonutriments pour bien commencer la journée. Les smoothies du petit-déjeuner sont idéaux pour cela. Le petit-déjeuner typique, riche en glucides et en sucres ou en féculents, est la pire option, car vous aurez des fringales toute la journée. Un bon petit-déjeuner est essentiel pour prévenir les envies de sucre.

3. Buvez de l’eau (beaucoup plus d’eau).

La déshydratation chronique peut non seulement amplifier vos envies de sucre, mais elle ralentit également votre métabolisme et amène votre corps à stocker de la graisse.

La règle générale en matière de consommation d’eau nous dit de boire 8 verres par jour, mais cela devrait être votre strict minimum. Si vous faites de l’exercice, ajoutez un verre toutes les 20 minutes d’activité physique.

4. Préparez des en-cas sains en vrac et emportez-en partout avec vous.

Une autre raison pour laquelle la dépendance au sucre peut être difficile à vaincre est que la grande majorité de nos snacks « sur le pouce » sont chargés de sucre et de céréales raffinées. Les biscuits, les barres de céréales, les craquelins, les yaourts, les barres de céréales et de nombreux autres en-cas courants perpétueront votre dépendance au sucre.

Trouvez au moins un en-cas sain qui ne contient ni sucre ni autres ingrédients hautement transformés.

N’oubliez pas : si vous vous laissez aller à une trop grande faim, vos envies de sucre vont s’exprimer pleinement. Empêchez que cela ne se produise en grignotant au besoin tout au long de votre journée.

5. Bougez consciemment votre corps chaque jour.

Pour briser votre dépendance au sucre, il faut absolument équilibrer votre taux de sucre dans le sang. Lorsque vous mangez des aliments sucrés, ou ceux qui sont rapidement transformés en sucre dans le sang, votre corps a deux options :

1.           Utiliser ce sucre comme carburant

2.           Conserver l’excès de sucre sous forme de graisse

L’exercice quotidien permet à votre corps d’évacuer l’excès de sucre dans le sang. Cela ne signifie pas que vous devez vous inscrire à un club de gym et transpirer jusqu’à en avoir assez. Faire une promenade, s’étirer à son bureau et jouer dehors avec ses enfants sont autant d’activités qui peuvent s’additionner.

6. Réduisez votre niveau de stress.

Si vous vivez dans un état de stress chronique, vos envies de sucre vont être difficiles à vaincre. Le « high » que vous obtenez en mangeant du sucre est tellement plus attrayant lorsqu’il peut être utilisé pour réduire temporairement l’anxiété et le sentiment de stress.

7. Obtenez un sommeil de meilleure qualité chaque nuit.

Quand vos envies de sucre les plus intenses apparaissent-elles ? Si vous êtes comme beaucoup de gens, les envies de sucre deviennent plus intenses vers la fin de votre journée.

Cela est confirmé par des recherches montrant que les envies de sucre sont profondément liées à votre rythme circadien et à vos habitudes de sommeil. Si vous ne dormez pas régulièrement, ou si vous ne bénéficiez pas d’un sommeil de qualité en général, votre dépendance au sucre s’intensifiera.

La mesure la plus importante que vous pouvez prendre pour obtenir un sommeil de meilleure qualité est de fixer une heure de coucher et de la respecter. Je vous recommande de choisir une heure de coucher réaliste au moins pour vos nuits de semaine.

10) Quelque bonus pour  vaincre votrre dependance au sucre

– Mangez régulièrement. Mangez trois repas et deux collations ou cinq petits repas par jour. Pour de nombreuses personnes, si elles ne mangent pas régulièrement, leur taux de glycémie chute, elles ont faim et ont davantage envie de collations sucrées.

– Essayez d’incorporer des protéines et/ou des graisses à chaque repas. Cela permet de contrôler le taux de sucre dans le sang. Assurez-vous qu’ils sont des sources saines de chacun.

– Ajoutez des épices. La coriandre, la cannelle, la noix de muscade, le clou de girofle et la cardamome sucreront naturellement vos aliments et réduiront les envies de sucre.

– Prenez un complément multivitaminé et minéral de bonne qualité, de la vitamine D3 et des acides gras oméga 3. Les carences en nutriments peuvent aggraver les envies de fumer et moins il y a de carences, moins il y a d’envies de fumer. Certains nutriments semblent améliorer le contrôle de la glycémie, notamment le chrome, la vitamine B3 et le magnésium.

– Faites une cure de désintoxication. Mon expérience m’a appris que lorsque les gens font une cure de désintoxication, non seulement cela leur redonne l’appétit, mais cela diminue souvent leurs envies de sucre. Après les premières envies de sucre, qui peuvent être accablantes, notre corps s’adapte et nous ne voulons même plus de sucre et le désir disparaît.

– Soyez ouvert à l’exploration des questions émotionnelles liées à votre dépendance au sucre. Souvent, notre envie de sucre est plutôt un besoin émotionnel qui n’est pas satisfait.

– Ne remplacez pas le sucre par des édulcorants artificiels.

– Apprenez à lire les étiquettes. Bien que je vous encourage à manger le moins possible d’aliments étiquetés, renseignez-vous sur ce que vous mettez dans votre corps. Plus la liste des ingrédients est longue, plus le sucre a de chances de figurer sur cette liste. Vérifiez donc les grammes de sucre, et choisissez les produits qui contiennent le moins de sucre par portion.

– Familiarisez-vous avec la terminologie relative au sucre. Reconnaissez que tous ces produits sont des édulcorants : Sirop de maïs, sucre de maïs, sirop de maïs à haute teneur en fructose, saccharose, dextrose, miel, mélasse, sucre turbinado et sucre brun.

– Sucre déguisé. N’oubliez pas que la plupart des glucides « complexes » que nous consommons comme le pain, les bagels et les pâtes ne sont pas vraiment complexes du tout. Ils sont généralement très raffinés et agissent comme des sucres dans l’organisme et sont à éviter.

11) Comment faire face à une envie de sucre

– Faites une « pause respiratoire« . Trouvez un endroit calme, mettez-vous à l’aise et asseyez-vous pendant quelques minutes pour vous concentrer sur votre respiration. Après quelques minutes, l’envie de sucre disparaîtra.

– Distrayez-vous. Faites une promenade, si possible, dans la nature. Les envies de fumer durent généralement de 10 à 20 minutes maximum. Si vous pouvez vous distraire avec autre chose, cela passe souvent. Plus vous le faites, plus c’est facile et plus les envies deviennent plus faciles à gérer.

– Prenez un fruit. Si vous cédez à vos envies, prenez un fruit, il devrait satisfaire une envie de sucre et est beaucoup plus sain.

Laisser un commentaire