You are currently viewing Les Cinq blessures de l’âme

Les Cinq blessures de l’âme

Selon Lise Bourbeau, auteur du livre « Guérissez vos blessures et retrouvez votre vrai moi », il y a 5 blessures majeures auxquelles nous sommes confrontés au quotidien : les blessures du rejet, de l’abandon, de l’humiliation, de la trahison et de l’injustice. Lorsqu’une de ces blessures s’active, nous adoptons un masque, c’est-à-dire un comportement qui ne correspond pas vraiment à qui nous sommes ni à ce que nous ferions en situation normale.

Les masques sont visibles dans la morphologie de la personne. Le corps est si intelligent qu’il trouve toujours un moyen de nous faire savoir où se situe notre souffrance et ce que nous devons améliorer. Le corps est le seul langage qui ne ment pas, avec le regard.

Dans le cas de plusieurs blessures, le corps exprimera d’abord la blessure prédominante sur le plan psychique. Le corps aura donc une morphologie globale associée à la blessure principale, tout en laissant entrevoir dans une moindre mesure les autres blessures dans des parties du corps plus localisées. La blessure la plus frappante est celle que la personne subit le plus souvent et avec la plus grande intensité.

En lisant les résumés qui suivent pour chaque masque, vous pourrez facilement déterminer lequel(s) vous portez.

1) Le rejet

Il s’agit d’une blessure très profonde qui peut s’étendre à des sentiments de rejet de l’intérieur, c’est-à-dire que le sentiment de rejet entache nos pensées et nos sentiments.

De nombreux facteurs peuvent influencer l’émergence de cette peur, comme le rejet des parents, de la famille ou des pairs. Elle génère davantage de pensées de rejet, d’être indésirable, d’être sans valeur.

Toute personne qui souffre de cette expérience douloureuse se sent indigne d’affection et de compréhension, et s’isole dans son intérieur vide, de peur d’être rejetée. Ceux qui ont été rejetés dans leur enfance ont tendance à devenir des adultes insaisissables. Ils doivent donc travailler sur leurs peurs intériorisées et sur les situations qui les angoissent.

Si c’est votre cas, les étapes de votre guérison consistent à apprendre à prendre des risques et à prendre des décisions pour vous-même. Cela vous dérangera de moins en moins chaque fois que quelqu’un s’éloigne, et vous ne le prendrez pas personnellement si quelqu’un vous oublie pendant un moment.

2) L’abandon

La peur : la solitude

Enfant, il manquait de nourriture et de chaleur affective, il n’était pas soutenu dans ses attentes. La blessure de l’abandon se développe à l’intérieur de soi, de manière passive. Elle engendre une tristesse profonde, indéfinissable et, à l’âge adulte, le besoin d’être pris en charge et au centre de l’attention, risquant la lassitude du poids.

La personne avec la blessure d’abandon a beaucoup de difficulté à fonctionner par elle-même et a besoin d’être soignée. Il demande conseil et soutien à son entourage pour être au centre. Il a tendance à se fondre dans les relations, à entrer dans les émotions des autres, à écouter leurs problèmes pour les ramener à lui. Dans un groupe, il cherche à être la vedette et à attirer l’attention, pour ne pas laisser un espace qui pourrait être occupé par quelqu’un d’autre. Souvent, il en fait trop pour obtenir des compliments et être rassuré sur sa valeur. Pour gagner du soutien, il s’apitoie sur lui-même et peut provoquer des drames pour faire pitié (il parle de malchance) ou se rendre indispensable. La solitude le terrifie. Il souffre d’une profonde tristesse sans savoir pourquoi, et peut pleurer beaucoup lorsqu’il est seul. Son humeur change de jour en jour. Devant une personne qui est en colère, il s’effondre et a peur.

3) L’humiliation

Les personnes qui ont été continuellement humiliées dans leur enfance sont amenées à penser que les autres nous désapprouvent et nous critiquent. Les parents entretiennent cette peur chez leurs enfants en leur disant qu’ils sont « mauvais » ou qu’ils sont trop maladroits ou lourds, ainsi que lorsque nous exposons leurs problèmes devant d’autres personnes. Toutes ces choses détruisent l’estime de soi de l’enfant.

Cette peur conduit souvent au développement d’une personnalité dépendante. À l’âge adulte, ceux qui ont été humiliés dans leur enfance peuvent aussi se montrer tyranniques et égoïstes comme mécanisme de défense, et même avoir tendance à humilier les autres comme bouclier protecteur.

Toute personne qui subit ce type d’expérience doit travailler sur son indépendance, sa liberté, ses priorités et sur la manière de mieux comprendre ses besoins et ses craintes.

4) La Trahison

La blessure du contrôleur (la trahison) est intimement liée à la blessure du dépendant (l’abandon). Alors que l’abandon consiste à être, la trahison consiste à avoir et à faire.

Comportement : Très intransigeant, la personne veut montrer aux autres ce dont il est capable. Il interrompt et répond souvent avant que l’autre partie n’ait terminé. Lorsque les choses ne vont pas assez vite à son goût, il éprouve de la colère. Il se considère comme travailleur et responsable : il a du mal à supporter la paresse. Il déteste qu’on lui fasse confiance. Il ne tient pas toujours ses engagements et ses promesses ou se force à les tenir. Il est impatient et intolérant. Il se confie difficilement et ne montre pas sa vulnérabilité.

Les relations avec les autres : Il a beaucoup de mal à accepter la lâcheté des autres. Il a du mal à déléguer des tâches tout en faisant confiance aux autres.

5) Injustice

Cette peur prend naissance dans des environnements où les principaux soignants sont froids et autoritaires. Pendant l’enfance, les exigences excessives qui repoussent les limites de chacun peuvent produire des sentiments d’inefficacité et d’inutilité, qui se perpétuent à l’âge adulte.

Une conséquence comportementale directe de l’injustice est la rigidité, et ces personnes cherchent généralement à être très importantes et à acquérir beaucoup de pouvoir. En outre, un fanatisme pour l’ordre et la perfection se développe souvent, ainsi que l’incapacité de prendre des décisions avec certitude.

Les personnes qui ont souffert d’injustices dans leur enfance doivent s’efforcer d’abaisser leur niveau de méfiance et de rigidité mentale afin d’être plus flexibles et de se permettre de faire confiance aux autres.

Connaître et reconnaître ces cinq blessures de l’âme qui peuvent affecter notre bien-être, notre santé et notre capacité à nous développer en tant que personnes, nous permet de commencer à les guérir.

Laisser un commentaire