Comment lutter contre les Addictions

Comment lutter contre les Addictions

La consommation de drogues et d’alcool non traitée contribue à des dizaines de milliers de décès chaque année et affecte la vie de beaucoup plus de personnes. Nous disposons de traitements efficaces, notamment de médicaments contre les troubles liés à la consommation d’opiacés et d’alcool, qui pourraient prévenir un nombre important de ces décès, mais ils ne sont pas assez largement utilisés et les personnes qui pourraient en bénéficier ne les recherchent souvent même pas. L’une des raisons importantes est la stigmatisation qui entoure les personnes souffrant d’une dépendance.

La stigmatisation est un problème pour les personnes souffrant de problèmes de santé allant du cancer et du VIH à diverses maladies mentales, mais elle est particulièrement puissante dans le contexte des troubles liés à la consommation de substances. Même si la médecine a depuis longtemps atteint le consensus selon lequel la dépendance est un trouble cérébral complexe, les personnes dépendantes continuent d’être blâmées pour leur état. Le public, ainsi que de nombreuses personnes travaillant dans le secteur des soins de santé et dans le système judiciaire, continuent de considérer la dépendance comme le résultat d’une faiblesse morale et d’un caractère défectueux.

La stigmatisation des prestataires de soins de santé qui considèrent les problèmes de drogue ou d’alcool des patients comme leur propre faute peut conduire à des soins de qualité inférieure ou même au rejet des personnes qui cherchent à se faire soigner. Le personnel des services d’urgence, par exemple, peut être dédaigneux envers les personnes dépendantes parce qu’il ne considère pas le traitement des problèmes de drogue comme faisant partie de son travail. Par conséquent, les personnes qui présentent des signes d’intoxication aiguë ou des symptômes de sevrage sont parfois expulsées des urgences par le personnel qui craint leur comportement ou qui suppose qu’elles ne cherchent que de la drogue. Les personnes dépendantes peuvent intérioriser cette stigmatisation, ressentir de la honte et refuser de se faire soigner.

Guide sur les Addictions

Accédez aux conseils et clés de Jean Laval pour vous libérer de vos addictions et reprendre votre vie en main. Vous partageant 4 étapes pour vous libérer de vos addictions, ce guide de 10 pages vous accompagne et vous motive pour vous aider à sortir de cette situation sans manque ni frustration.

Actuellement :

Gratuit

1) Pourquoi est-il si difficile d’arrêter ?

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez arrêter de fumer, même si c’est un processus compliqué. De nombreux facteurs, physiques, mentaux et émotionnels, rendent l’arrêt du tabac difficile. C’est pourquoi tant de personnes trouvent qu’un traitement les guide dans le processus complexe de l’arrêt du tabac, même si beaucoup d’entre elles réussissent à arrêter de fumer par leurs propres moyens.

Comprendre pourquoi il est si difficile d’arrêter de fumer peut vous aider à voir que toute personne qui surmonte une dépendance passe par le même processus, dans une certaine mesure. Ce n’est pas que vous soyez particulièrement faible ou que vous échouiez plus que quiconque.

Lorsque vous vous trouvez dans une situation où vos pensées, vos sentiments ou votre comportement vont à l’encontre de votre décision d’arrêter, vous pouvez faire preuve de plus de compassion envers vous-même et continuer à essayer.

2) Surmonter la dépendance : Comment la maîtriser pour de bon

Comprendre la tolérance

La tolérance et le retrait sont des facteurs clés qui contribuent à la dépendance. Ils sont fortement interconnectés et constituent les principaux processus qui vous ont rendu dépendant en premier lieu. Si les gens ne développaient pas la tolérance et le retrait, il leur serait probablement beaucoup plus facile d’arrêter.

La tolérance est un processus physique et psychologique. Lorsque vous faites l’expérience d’une substance ou d’un comportement addictif pour la première fois, il peut être accablant, voire désagréable, ou il peut être doux et agréable. Si l’effet est fort, vous pouvez avoir le sentiment qu’il n’y a pas de danger que vous vouliez en faire trop. Si l’effet est léger, il peut sembler inoffensif et innocent.

Plus le comportement est répété, moins vous y êtes sensible et plus vous devez obtenir le même effet. Les drogues, telles que l’alcool et les opiacés, agissent sur des parties spécifiques du cerveau, créant une tolérance physique.

Les comportements, comme le sexe et le jeu, produisent des sentiments d’excitation qui s’atténuent avec le temps. Au fur et à mesure que la tolérance se développe, il se peut que vous souhaitiez consommer davantage de drogue ou de comportement pour obtenir le même effet.

3) Symptômes de sevrage

Lorsque vous devenez dépendant, vous risquez de vous retirer lorsque vous n’êtes plus capable d’adopter le comportement de dépendance. Des symptômes de sevrage physiques peuvent se produire, comme des tremblements, un malaise, des troubles gastriques, et/ou des symptômes de sevrage psychologiques, comme un sentiment d’anxiété et de dépression. Ces symptômes sont facilement résolus par une plus grande quantité de la substance ou du comportement de dépendance.

Le sevrage physique de l’alcool et des drogues est variable et se résorbe souvent sur une période de plusieurs jours. Cependant, il a tendance à être assez désagréable et peut être dangereux. Si vous décidez d’arrêter, il est préférable de le faire sous surveillance médicale.

Discutez du sevrage physique avec votre médecin pour connaître la meilleure façon d’aborder la question. Une fois que vous avez vécu le sevrage, il existe des processus psychologiques plus profonds qui rendent difficile de rester « sur le droit chemin ».

4) Culpabilité et justification

L’inconfort de ces sentiments de culpabilité lorsque votre comportement ne correspond pas à vos propres normes de bien et de mal peut être une forte motivation pour faire des changements. Parfois, cela peut jouer contre vous, vous poussant à justifier votre comportement auprès de vous-même et des autres. Cela peut vous empêcher de prendre la décision d’arrêter de fumer.

Voici quelques justifications courantes :

– Le déni : « Ce n’est pas un problème ».

– Minimisation : « J’ai déjà réduit. »

– Comparaisons : « La pollution est plus dangereuse. »

– Defiance : « Je préfère vivre moins longtemps et être heureux que d’arrêter et d’être malheureux. »

– Rationalisation : « Je n’ai jamais volé pour financer mon habitude, » « Je suis bien plus sociable quand j’ai bu. »

– Le moindre des deux maux : « Il vaut mieux que je le fasse que je sois impossible à vivre. »

– La désinformation : « Le cancer n’existe pas dans ma famille. » « Il a des usages médicaux, donc c’est bon. »

– Sortir le comportement de son contexte : « Dans certaines cultures, la polygamie est acceptable. »

5) La Dépendance du cerveau

L’abus de substances psychoactives touche de nombreuses parties du corps, mais l’organe le plus touché est le cerveau. Lorsqu’une personne consomme une substance telle que la drogue ou l’alcool, son cerveau produit de grandes quantités de dopamine, qui déclenchent le système de récompense du cerveau. Après une consommation répétée de drogue, le cerveau est incapable de produire seul des quantités normales de dopamine. Cela signifie qu’une personne aura du mal à trouver du plaisir dans des activités agréables, comme passer du temps avec ses amis ou sa famille lorsqu’elle n’est pas sous l’influence de la drogue ou de l’alcool.

6) Reconnaître et comprendre la dépendance

L’identification d’un problème de toxicomanie peut être un processus compliqué. Si certains signes de comportements addictifs sont évidents, d’autres sont plus difficiles à reconnaître. De nombreuses personnes qui se rendent compte qu’elles ont un problème tenteront de le cacher à leur famille et à leurs amis, ce qui rendra plus difficile de dire si quelqu’un est en difficulté.

La télévision, les médias et les films dépeignent souvent les personnes ayant des problèmes de toxicomanie comme des criminels ou des personnes ayant des défauts moraux. La vérité est qu’il n’y a pas de visage unique de la toxicomanie. N’importe qui peut développer des schémas d’abus ou des comportements à risque, quel que soit son âge, sa culture ou sa situation financière.

Diagnostic d’une dépendance

Identifier une dépendance, c’est comme diagnostiquer n’importe quelle autre maladie. Le patient est examiné à la recherche de symptômes répondant à des critères scientifiques spécifiques définissant la maladie en question. L’un des meilleurs outils pour repérer la dépendance est le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), publié par l’Association psychiatrique américaine.

Les critères énoncés dans le DSM sont généralement acceptés et utilisés par les professionnels pour aider à déterminer la présence et la gravité d’un trouble lié à la consommation de substances. Ils comprennent :

– Manque de contrôle

La substance est utilisée en plus grande quantité ou sur une période plus longue que celle prévue à l’origine par la personne.

– Désir de limiter l’utilisation

Vouloir réduire l’utilisation mais ne pas pouvoir le faire.

– Le temps passé

On passe un temps considérable à essayer d’acquérir une substance.

– Les envies

L’utilisateur ressent un désir ou une envie intense de consommer sa drogue.

– Manque de responsabilité

La consommation de substances psychoactives est prioritaire par rapport aux obligations professionnelles, scolaires ou domestiques.

– Problèmes relationnels

Les relations interpersonnelles sont constamment mises à rude épreuve par la consommation de drogue.

– Perte d’intérêt

L’utilisateur cesse de s’engager dans des activités sociales ou récréatives importantes en faveur de la consommation de drogues.

– Usage dangereux

Poursuite de l’utilisation en dépit de circonstances dangereuses.

– Aggravation des situations

Poursuite de l’utilisation malgré l’aggravation des problèmes physiques ou psychologiques.

– Tolérance

La nécessité d’utiliser de plus grandes quantités de la substance pour obtenir les effets souhaités.

– Retrait

Cela peut être physique et émotionnel. Les effets secondaires peuvent comprendre : l’anxiété, l’irritabilité, la nausée et les vomissements.

7) Signes avant-coureurs de la dépendance

La dépendance commence par l’expérimentation d’une substance. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une personne peut essayer une drogue au départ, notamment la curiosité, la pression des pairs ou le stress et les problèmes au travail ou à la maison.

Si vous craignez qu’une personne qui vous est chère ne soit aux prises avec une dépendance, vous pouvez chercher plusieurs signaux d’alarme. Cependant, il est important de se rappeler que chaque personne est différente ; il peut être plus difficile de détecter une dépendance chez certaines personnes que chez d’autres. Cela étant dit, voici quelques signaux d’alerte généraux dont il faut être conscient :

– Ignorer ses engagements ou ses responsabilités

– Problèmes au travail, à l’école ou à la maison

– Absences inexpliquées

– Sembler avoir une nouvelle série d’amis

– Des fluctuations monétaires considérables

– Se lever plus tard que d’habitude ou faire la grasse matinée

– Manque de concentration ou de mémoire

– Être étrangement secret sur certains aspects de la vie personnelle

– Retrait des contacts sociaux normaux

– Des sautes d’humeur et des changements de comportement soudains

– Un manque de motivation inhabituel

– Perte de poids ou modification de l’apparence physique

Personne ne s’attend à développer une dépendance lorsqu’il commence à expérimenter. Cependant, la poursuite de l’expérimentation peut entraîner une dépendance, souvent sans que la personne ne se rende compte qu’elle est devenue dépendante jusqu’à ce qu’elle essaie d’arrêter.

8) Les addictions les plus courantes

Des millions de personnes dans le monde entier sont confrontées à l’abus de substances. Parmi les drogues les plus courantes qui entravent la vie des gens, on peut citer

– Nicotine

– Alcool

– Cocaïne

– Héroïne

– Et plus encore.

Laisser un commentaire